Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Editions Mémoire Vivante

Katia ROESSEL

, 12:37pm

Katia Roessel est née en 1983 à Halle dans l’est de l’Allemagne. Elle vit en France depuis 2004, lieu où elle se sent plus libre d’écrire, dans la mesure où l’Allemagne, sa patrie, lui paraît corrodée par « l’irrêvé ». Le « sein » de Heidegger à la troisième personne, « er ist », est trop proche pour elle du verbe manger « er ißt ». D’ailleurs le rêve n’y est pas seulement récusé, il est remplacé par « l’irrêvé », par ce qui n’a pas été rêvé. On peut émettre l’hypothèse qu’il corrode parce que, à la différence du rêve, il est le contraire de la réalisation d’un désir.   

 

 

LES YEUX BANDES

 

Le Livre

 

les yeux bandésOn entre dans les "Yeux Bandés" comme on entre dans un conflit. Conflit de la langue bien-sûr, Katia Roessel, née en Allemagne, ayant choisi d'écrire en français, provoque avec bonheur d'inattendus incidents linguistiques, des glissements qui ouvrent à de nouvelles compréhensions. Conflit de l'incertitude et de l'urgence, aussi, car on avance ici les yeux bandés, à tâtons dans cette poésie qui se cabre et se débat, se doute, s'entrevoit et se referme. Tout ici est à la fois fragile et affirmé, tendu et coulant, "émis à la poussière du monde".
Il semble que Katia Roessel cherche à figer dans sa poésie, ne serait-ce que fugitivement, ce que le monde a de changeant. Il s'agit d'une terre hantée par les morts, hantée par les vivants, qui se projette à bout de souffle dans le futur, emportant à son passage un paysage de friches industrielles, d'églises préhistoriques, de gares désaffectées ou de quartiers parisiens.Katia Roessel nous donne à sentir un monde qui se délite et se reforme ailleurs, et que "l'acte du temps est l'acte de l'informe, de ce qui bouge". Elle cherche un bruit supérieur qui retentirait sur les surfaces de notre monde, et l'emplirait et le donnerait à voir, par riposte, par projection.
"Les Yeux Bandés" est un livre pris dans l'urgence de la solitude, cette victoire, un livre mouvant qui ne veut pas toujours de la réconciliation, ne veut pas toujours de la lutte.
  
  
Extrait

      
mat et escarpé,
une entité abandonnée
traîne en sa file aveugle.
une cascade de vaisseaux,
galères, rouges et noirs.
c’est le modèle suivant.
c’est le programme,
afin que le monstrueux plane
promptement vers son triomphe.
il y avait un matin d’été,
un jour pluvieux et chaud ;
de l’eau chaude et douce
de ma mère.
       
  
2010, éditions Mémoire Vivante, EAN 9782903011864, 72 pages, 16 €